agnès


agnès

⇒AGNÈS, subst. fém.
[Par réf. au personnage de l'École des femmes de Molière] Jeune fille innocente et ingénue, ou qui affecte de l'être. C'est une Agnès (Ac. 1798-1878) :
... personnification de l'ingénuité, de la pureté féminine, qui, sans songer à mal et par le fait de cette pureté même, fait les récits les plus étonnants et hasarde des réflexions que dans une autre bouche on trouverait singulièrement aventureuses. Ce type d'Agnès a servi pendant bien longtemps à caractériser les ingénues de théâtre, et d'un de ces rôles de jeune fille qui joignent la grâce à la naïveté, le charme à la pudeur, qui sont un modèle de candide innocence et de chaste modestie, ...
Gde Encyclop. 1885-1902.
Rem. 1. Attesté ds Ac. 1798, Ac. 1835, BESCH. 1845 avec les expr. c'est une Agnès, elle fait l'Agnès, il est dit familier; il est présent également ds Lar. 19e (qui ajoute le trait ignorante et affirme qu'il s'agit d'une expression moqueuse), LITTRÉ (qui préfère timide à ingénue), et Ac. 1878. 2. BESCH. 1845 et Lar. 19e mentionnent l'emploi au théâtre de l'expr. rôles d'Agnès au sens de « rôles d'ingénues ». 3. Du fait qu'il est orthographié avec A majuscule, le mot est resté très proche du nom propre, et représente un type plutôt qu'une espèce; son emploi est en net recul.
Prononc. ET ORTH. — 1. Forme phon. :[]. FÉL. 1851, DG, PASSY 1914, BARBEAU-RODHE 1930, Harrap's 1963 indiquent pour [] une longueur. Mots à finale en -ès dont le s se prononce : aloès, cacatoès, cortès, faciès, florès, hermès, londrès, palmarès, pataquès, Agnès, Agathoclès... (cf. KAMM. 1964, p. 198). 2. Forme graph. — Le mot s'écrit régulièrement avec A majuscule (cf. supra rem. 3).
Étymol. ET HIST. — 1680, 25 mai « jeune ingénue » (Mme DE SÉVIGNÉ, Lettres ds Dict. hist. Ac. fr. t. 2 1884 : Nous fûmes dîner l'autre jour à La Seilleraye... Mon Agnès fut ravie d'être de cette partie... elle a dix neuf ans, mon Agnès, et n'est pas si simple que je pensois). Défini par Ac. 1740 ,,jeune fille qui n'a aucun usage du monde``.
De Agnès (lui-même du gr. « chaste »), nom d'un personnage de l'École des femmes de Molière, 1662, devenu le type de l'ingénue.
BBG. — BOISS.8. — GOTTSCH. Redens. 1930, p. 457. — LAV. Diffic. 1846.

agnès [aɲɛs] n. f.
ÉTYM. 1740, l'attestation de Mme de Sévigné est douteuse; de Agnès, nom d'un personnage de l'École des Femmes de Molière (1662).
Vx. Jeune fille innocente et ingénue. || C'est une Agnès.
0 Mon Agnès fut ravie d'être de cette partie (…) Elle a dix-neuf ans, mon Agnès, et n'est pas si simple que je pensais.
Mme de Sévigné, 813, 25 mai 1680.
REM. Si, comme l'indique M. Gérard-Gailly, éditeur des Lettres, il s'agit du nom d'une servante de Mme de Sévigné à Nantes, le sens figuré est à ramener à 1740 (Académie); mais il est possible que Mme de Sévigné ait pensé au personnage moliéresque.

Encyclopédie Universelle. 2012.


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.